Somen : les nouilles de l’été

le

Je m’étais engagé il y a peu à parler d’autre chose que de ramen. Je tiens parole aujourd’hui avec une recette de nouilles froides trèeeees à propos par cette étouffante journée (en tout cas ici à Paris). Je vais vous parler des sômen 素麺, des nouilles de blé très fines mesurant moins de 1.3mm. Oui c’est très précis. Au delà de cette taille et jusqu’à 1.7mm on parle alors de hiyamugi 冷麦, et à partir de 1.8mm, la nouille entre dans la catégorie des udon うどん. Les somen, les japonais les consomment souvent froides, surtout en été.

Dans leur paquet, les sômen sont (comme les soba et les udon) souvent conditionnés par petits paquets de 100g. C’est bête, mais c’est vraiment pratique pour doser. J’en rêve souvent pour mes spaghetti et mes linguine…

IMG_3625

IMG_3636

Les sômen c’est très pratique, parce que c’est très facile à faire, et surtout très rapide. Entre 3 et 4 minutes dans l’eau bouillante (non salée). Ensuite, vous égouttez sous l’eau froide. Terminé. C’est tout pour la recette.

Au Japon, on les trempent simplement dans une sauce froide appelée tsuyu つゆ (ou mentsuyu). Vous pouvez l’acheter toute faite, mais c’est c’est très facile à faire, et au moins vous savez ce qu’il y a dedans.

MENTSUYU :

– Un quart de verre de mirin

– Un demi verre de saké de cuisine

– Un demi verre de shoyu (sauce de soja)

– Un demi sachet de dashi en poudre (j’ai utilisé du kombu, mais vous pouvez aussi utilisé du katsuo)

Mélanger le saké, le mirin, et le dashi dans une casserole. Faire chauffer jusqu’à ébullition puis éteindre le feu. Ajouter le shoyu et mélanger. Voilà c’est terminé. il n’y plus qu’à laisser refroidir. Ce tsuyu se conservera au frais sans problème pendant plusieurs jours. Le tsuyu ne s’utilise pas tel que mais doit être rallongé de deux (à trois) volumes d’eau selon les goûts.

 

Vous pouvez accompagner le tsuyu de gingembre râpé et de petits oignons verts.

somen froides
somen froides

 

Il est aussi possible d’agrémenter votre plat avec du concombre en julienne, et de fines lamelles d’omelette japonaise. J’ai rajouté un peu de beni shoga (gingembre rouge) pour la déco mais il n’y a pas d’obligation.

IMG_3670

Alors maintenant, à vos baguettes !

 

Je termine avec deux vidéos qui montrent comment manger ses sômen de façon très ludique. Il s’agit des nagashi sômen 流し素麺. Une fois cuites et refroidies, les nouilles sont jetées dans un courant d’eau froid, ce qui leur permet de rester fraiches et glissantes. Il suffit juste de les attraper et de les tremper dans le bouillon. Les enfants adorent! (ok, j’avoue moi aussi).

Il y a des machines pour faire cela à la maison :

 

Mais le must, c’est de le faire dans la nature, comme au sanctuaire de Kibuné 貴船 à Kyoto. Il est possible de déguster ses sômen en les attrapant au vol, à même un petit filet d’eau qui passe devant vous. Petite pensée pour Mehdi et Julie qui ont eu la chance d’y manger il y a quelques jours. 😉 les chanceux !

 

5 commentaires Ajoutez le votre

  1. Mehdi dit :

    Merci pour le clin d’œil! C’était en effet une super expérience! Pour info le restau en question à Kibune s’appelle « Hirobun » !

    1. Marco dit :

      Merci à toi pour toutes ces belles photos de votre voyage à Kyoto. Je mets Hirobun sur la liste pour le prochain voyage !

      1. Mehdi dit :

        😉 Tu verras, il faut pas mal monter le long de la rue principale dans Kibune, il se trouve facilement.
        Tiens, je viens d’essayer ta recette (sans dashi), c’est délicieux et tellement simple!

Laisser un commentaire